EDITORIAL
Par Frank ALETRU

Pour qu’il y ait encore des apiculteurs demain !

Bien que le lancement de la mobilisation intersyndicale pour les actions du 7 juin se soit fait dans la hâte, et à une période de travail des plus intenses dans les ruchers, les apiculteurs de toutes tendances ont répondu présents pour se rassembler devant les préfectures ou pour accompagner la manifestation solennelle aux Invalides à Paris. Globalement, nous pouvons considérer qu’une première étape a été franchie avec succès
et que les alertes ont été transmises à tous les niveaux de l’appareil d’État jusqu’au Président de la République qui, lors de sa venue en Vendée le 13 juin, s’est vu remettre le dossier des propositions de la part du SNA.
Cependant, il reste encore du chemin à parcourir pour que nos gouvernants passent de l’écoute à la prise de décisions positives pour l’apiculture toute entière et nous y travaillons.
Comme nous le faisons depuis vingt ans, nous devons continuer de lutter pour que cessent les causes sanitaires, chimiques et environnementales jugées co-responsables du
désastre écologique que nous vivons, mais aussi de ce qui est un désastre économique pour bon nombre d’apiculteurs.
Pour que l’abeille puisse être défendue, qu’elle soit notre passion, notre loisir, ou notre métier, il est indispensable que les apiculteurs ne disparaissent pas. Sinon, le combat cessera très vite, faute de combattants. Force est de constater que le retrait des matières
actives responsables est une longue bataille.
Pour cette raison, le SNA a réclamé, parmi d’autres propositions de mesures de soutien et de développement de la filière apicole auprès des pouvoirs publics, le versement de
compensations économiques immédiates permettant de faire face aux niveaux de pertes de colonies d’abeilles à des taux encore jamais atteints. Dans les autres élevages, des mesures de soutien économique auraient été mises en oeuvre depuis bien des années.
La patience, le courage et la solidité financière des apiculteurs ont une limite. Les réponses contenues dans le questionnaire publié dans notre revue en sont la preuve : des témoignages par centaines de découragements, de colère, d’incompréhension et de sentiment d’abandon.
Ces limites ont toutes été dépassées depuis des années et ceci dans la plus grande indifférence de nos gouvernants. À moins qu’il y ait dans l’esprit “malin” de certains d’entre eux un plus grand intérêt à voir disparaître ces apiculteurs, “témoins gênants”, empêcheurs de “pulvériser en paix” !
Pour qu’il y ait encore des apiculteurs demain, nous apiculteurs, devons continuer à être irréprochables dans le suivi sanitaire de nos colonies. Plus que jamais, notre vigilance
face à la pression de la varroase et des autres maladies doit être de mise. Accentuons la transmission de notre savoir apicole intergénérationnel et développons les stages de
formation continue. Entretenons ces belles passerelles de connaissance qui vont du monde des sciences vers celui des apiculteurs et réciproquement. Par bonheur, elles n’ont jamais
été aussi nombreuses que depuis ces vingt dernières années.
Renforcons-les, car elles nous enrichissent intellectuellement et nous sont d’une si grande utilité pour faire la démonstration de la preuve de la responsabilité des pesticides et de nos
constats de terrain face au déni de l’administration.
Continuons de sensibiliser le monde agricole aux méfaits de certains itinéraires agronomiques vis-à-vis de tous les pollinisateurs.
Le Congrès international d’Apiculture et d’Apithérapie qui se déroulera à Rouen au mois d’octobre prochain y contribuera sans aucun doute.
De par la sélection de thèmes de conférences inédits qui vous y sera proposée, de par les innovations qui seront à découvrir dans le cadre du concours, et compte tenu des
surfaces d’exposition très importantes qui ont été réservées pour ces quatre journées par nos fabricants de matériel apicole performant et adapté à tous les apiculteurs à partir de
la première ruche !
Durant quatre jours, le Congrès international d’Apiculture et d’Apithérapie de Rouen sera le lieu “phare” à ne pas manquer, nous espérons vous y retrouver très nombreux pour qu’il y ait encore des apiculteurs demain !
En vous souhaitant un bel été apicole.

 


SOMMAIRE

5 ÉDITO Pour qu’il y ait encore des apiculteurs demain Frank ALÉTRU
6 INFOS PRATIQUES
7 ACTUALITÉS Propositions du SNA auprès du ministère
8 DOSSIER SURMORTALITÉS DES ABEILLES
8 Rassemblements nationaux du 7 juin 2018
10 Bilan de nos actions syndicales et de nos démarches
11 Aides économiques exceptionnelles aux apiculteurs
12 Fable : le chien errant et le savant Alexis BALLOT-DESCLOS
13 IIEM ES UNIVE RSITÉS DES ABEILLES
15 ABEILLE, ARBRE & TERRITOIRE Arbre et paysage 32
20 QUALITÉS DU MIEL Dr Albert BECKER (AFA)
27 REVUE DES REVUES Traduit par Cindy ADOLPHE
28 CONSEILS AUX LECTEURS Jean RIONDET
30 LA RUBRIQUE DU NÉOPHYTE François MOREAU
32 1ER CONGRÈS INTERNATIONAL
D’APICULTURE & D’APITHÉRAPIE
37 UN TEMPS D’AVANCE Jean RIONDET & Florent GUILLAUD
42 PLANÈTE MIEL Analyse pollinique des miels : les Mimosaceæ Paul SCHWEITZER
44 LA PLANTE DU MOIS Le Trèfl e rampant Jacques PIQUÉE
47 LES RECETTES DE CÉLINE Eton mess aux fraises / Smoothie bowl coco-fraise Céline LAIR
48 SCA Mobilisation pour les abeilles en Guadeloupe H. NEFFATI, C. ROGET
50 VIE DES SYNDICATS
56 PETITES ANNONCES
58 LIBRAIRIE Géraldine PETIT
62 BULLETIN D’ABONNEMENT